WIPSEA, #HeroOfChange

Gwénaël Duclos

Vous participez avec votre entreprise WIPSEA à la 3ème édition du ChangeNow Summit au Grand Palais, quel est votre concept en quelques mots?

Nous aidons les gestionnaires de parcs naturels et d'infrastructures, les chercheurs et bureaux d'étude en écologie à recenser la faune sauvage ou les activités humaines ayant un impact sur celle-ci, à l'aide d'analyse automatique de photos ou de vidéos. 
Plus précisément, nous sommes spécialisés en Deep Learning, c'est à dire que nous apprenons aux ordinateurs à reconnaître les différentes espèces de faune sauvage ou activités humaines étudiées par nos clients pour qu'ils soient capables de les retrouver dans les images. Ces images peuvent provenir d'appareil-photos ou de caméras installés dans la nature ou à bord d'un avion ou d'un drone. 
Nos algorithmes leur permettent de gagner du temps lors de l'analyse de ces photos pour qu'ils puissent se concentrer sur les images qui contiennent des données informatives et sur les actions de protection ou de gestion à mettre en place à partir de ces données.

Il y a 120 ans, le Grand Palais fut édifié pour accueillir la 5ème exposition universelle parisienne. Qu’est ce que cela vous fait d’exposer dans ce lieu chargé d'histoire,notamment celle de l’innovation?

En tant qu'ingénieur, cela fait plaisir de participer à cette grande histoire de l'innovation mais ce qui me fait encore plus plaisir, c'est que ce soit, cette fois-ci avec un objectif de développement durable.
Les expositions universelles ont été très importantes pendant la révolution industrielle pour diffuser la notion de progrès technique et des bienfaits associés. 
Je fais partie des gens qui ont été élevés avec l'image de l'an 2000 comme futur basé sur la technologie au service de l'Homme.
Nous y sommes arrivé et j'ai participé à sa réalisation en travaillant sur des équipements de transmission de la télévision en haute définition via les satellites, la TNT ou les lignes téléphoniques. 
Mais, cette belle histoire a un revers de médaille...et nous en mesurons aujourd'hui les conséquences : des pollutions multiples, la 6e extinction des espèces et le changement climatique.
Je suis ravi de voir que ce temple de la révolution industrielle est aujourd'hui transformé en temple de la révolution "écologique".
Le défi du 21e siècle ne sera pas d'aller sur Mars mais bien, pour l'humanité, de pouvoir continuer à vivre sur Terre en ayant moins d'impact sur sa biosphère si l'on veut qu'il y aie encore des Hommes sur Terre au 22e siècle.
Cela fait 50 ans qu'on le sait et que des personnes le disent mais l'inertie est grande car le système économique que nous avons créé est devenu très complexe et principalement alimenté par les énergies fossiles.
ChangeNow Summit porte bien son nom, il est grand temps d'agir et dés maintenant. 
Nous avons assez attendu, les rapports de l'IPBES sur l'extinction des espèces et les courbes du GIEC sur la maintien du réchauffement climatique dans un scénario compatible avec la vie humaine montrent que plus on attend, plus cela sera difficile, voire impossible et demandera des efforts de plus en plus importants.
Toutes les initiatives présentées lors de ce sommet montrent que beaucoup de choses sont en train de changer. Il faut maintenant leur permettre de passer à l'échelle et cet événement sert aussi à cela, comme le fait également l'association RespectOcean.

L'entreprise porte une solution qui contribue à préserver l'océan. Quel a été l'élément déclencheur qui vous a poussé  à mettre en place ce projet? 

L'élément déclencheur a été ma prise de conscience que la vie marine était déjà très menacée par les activités humaines alors que je venais de la découvrir en apprenant à faire de la plongée sous-marine et à reconnaître les espèces que je voyais sous l'eau. 
C'est vraiment flagrant en mer Méditerranée quand l'on compare la richesse d'une plongée à Port Cros avec la même plongée à quelques kilomètres de là. 
J'ai découvert que la biodiversité était amenée à disparaître même dans les abysses et qu'une grande partie avait déjà disparu dernièrement. Mais aussi que des personnes s'étaient engagées pour les protéger et qu'elles étaient en train de mettre en place des réserves et des parcs naturels ou faire pression pour changer les lois (cf. Bloom).
J'ai demandé à François Sarano lors d'une avant-première du film Océans, en 2009, ce que je pourrais faire pour protéger la vie marine et il m'a répondu: "Mettez votre savoir-faire au service de l'Océan, comme nous l'avons fait !". 
En tant qu'ingénieur en compression vidéo, j'ai eu un peu de mal, au début, à trouver ma voie donc j'ai commencé par donner de mon temps en participant à des missions en tant qu'éco-volontaire. 
Le déclic est venu lors d'une mission pour Cétamada à Madagascar, en 2010, où j'ai découvert que les chercheurs qui étudient les baleines à bosse utilisent des photos du motif qui est sur leur nageoire caudale pour les identifier. 
Ils passent des heures à les comparer visuellement avec celles qui sont dans leur catalogue. J'ai alors compris que ces personnes avaient besoin d'un logiciel pour les aider à analyser ces images et que je pourrais en faire mon métier. 
Le Président de Cétamada m'a donné le numéro d'une personne à contacter et la voie à suivre s'est ouverte devant moi.
Je suis rentré en France avec l'idée de me porter volontaire dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi qui était en cours à Thomson à ce moment là pour créer une société qui offrirait cette solution et c'est ce qui s'est passé.

Comment imaginez-vous le monde de demain dans une vision positive? 

J'imagine un monde où l'Homme a vraiment pris conscience qu'il fait partie de ce que l'on appelle la Nature et qu'il a fini par utiliser toutes les connaissances accumulées par l'humanité pour vivre en harmonie avec la biosphère. 
Il aura alors mérité son appellation de Sapiens Sapiens, c'est à dire "Sage" au carré.
Au niveau de la prise de conscience, je pense que nous y sommes ! Une grande partie du monde occidental a conscience de son impact sur la planète et que le système actuel ne va pas pouvoir durer comme cela bien longtemps. 
Il faut maintenant passer au changement de paradigme et apprendre à vivre en harmonie avec la Terre. 
Pour cela, il faut rester conscient de notre impact et prendre nos décisions en fonction de celui-ci.
Ceux qui ont commencé avant les autres donnent comme conseil de ne pas changer tout d'un coup mais d'y aller pas à pas en commençant par ce qui a le plus d'impact.
Par exemple, j'ai découvert dernièrement l'impact caché de nos appareils multimédia donc j'ai décidé de garder mon smartphone encore quelques mois pour ne pas l'envoyer à recycler avant ses 10 ans.
Ce qui me rend optimiste, c'est que de plus en plus de personnes s'y mettent et que les jeunes se sont également emparés du sujet.
J'espère juste que ce changement va se faire dans la joie et l'entraide pour que l'harmonie soit bien l'objectif atteint.
Je pense que nous avons beaucoup à gagner à nous reconnecter avec notre conscience et avec la Nature.

Quels sont les besoins de WIPSEA aujourd'hui?

De mettre notre savoir-faire au service du plus grand nombre de personnes qui en ont besoin, sur des projets ayant de plus en plus d'impact positif. C'est la raison pour laquelle ce genre d'événement est important. Il nous permet d'être visible et connu par des personnes que nous n'aurions jamais rencontrées.
Nous aurions également besoin d'un peu de cash pour faciliter la gestion de notre croissance mais ce n'est pas notre priorité car nous préférons rester focalisés sur le développement de la société par son chiffre d'affaire ou les financements de projets collaboratifs avec nos clients et partenaires scientifiques.
Nous cherchons donc en priorité des nouveaux clients et des partenaires technologiques ou commerciaux. 
Mais si une personne ou un organisme souhaite investir dans notre société en étant en phase avec notre éthique, nous étudierons sa proposition.

Comment le futur de l'océan se dessine-t-il selon vous ?

Plein de vie, comme on peut le voir dans les réserves comme Port-Cros et notamment avec beaucoup plus de mammifères marins car étant en haut de la pyramide alimentaire, ils sont un bon indicateur du bon état écologique de l'Océan.
J'espère que l'Homme arrivera à revenir vers une pêche durable et raisonnable, sans impact sur les espèces non ciblées, qu'il arrêtera d'y verser ses déchets et qu'il arrivera à concilier la coexistence de ses infrastructures avec la faune et la flore locale.

Avez-vous constaté un changement des mentalités depuis la création de votre entreprise ? 

Oui, comme je l'ai dit précédemment, je pense que l'année dernière a été une année charnière à ce sujet. La prise en compte du changement climatique est enfin considérée comme une priorité et un incontournable, le Green Deal de l'Europe en atteste.
Quand j'ai créé la société, en 2013, je passais un peu pour un illuminé car j'étais un précurseur mais aujourd'hui, même mon banquier comprend mon engagement pour l'écologie car tout le monde se rend compte qu'il est concerné.
De plus, aujourd'hui, des personnes candidates à Wipsea avec la volonté de mettre eux aussi leurs compétences au service de l'écologie pour participer à ce changement et c'est rassurant...

Quelle personne qui vous inspire?

Nicolas Hulot est une des personnes qui m'a le plus inspirée. Je disais souvent, au moment où je travaillais encore pour la Télévision Numérique, que je travaillais pour que l'on puisse voir de belles émissions comme Hushuaïa en HD ou de nouvelles chaînes comme Hushuaïa TV. Ensuite, son éveil puis son engagement pour l'écologie m'ont permis de me poser ces questions qui ont été cruciales lors de la décision de changer de métier et surtout d'objectif pour mon travail. Les questions posées par Nicolas Hulot à la fin des émissions Hushaïa Nature ouvraient souvent à la réflexion sur notre mode de vie et sur nos sociétés et leur impact sur la Nature. Aujourd'hui, je suis encore inspiré par les actions qu'il mène avec sa fondation. Nous essayons modestement de faire de même avec RespectOcean en mobilisant les entreprises engagées dans le développement durable en faveur des océans et de leurs écosystèmes. Le changement, c'est Maintenant ! 

Faites un don

Par vos dons, vous permettez à RespectOcean de se déployer plus, d'agir pour l'intérêt général, la préservation des océans, en aidant à l'émergence et à la diffusion des bonnes pratiques dans le monde économique maritime.

Devenez membre

Rejoignez notre réseau d'acteurs interconnectés, pour un développement des activités en harmonie avec les océans.

Nous soutenir avec Lilo

Cumulez des gouttes gratuitement en utilisant le moteur de recherche Lilo.